La Gazette

des Comores

La coordination de la CRC Bambao fière d'Azali

La coordination de la CRC Bambao fière d'Azali © : HZK-LGDC

La coordination de la CRC du Bambao a applaudi le 13 février dernier, la nomination du président de la république Azali Asssoumani en tant que deuxième vice-président de l'Union Africaine. Restant sur ce contexte de nomination, la coordination a soutenu fièrement que la gestion de la crise sanitaire actuelle a propulsé le chef de l’Etat à cette fonction.


Le locataire de Beit Salam vient d'être promu deuxième vice-président de l'Union africaine. Ce qui a poussé la coordination du parti présidentiel CRC du Bambao à se congratuler de cette consécration de leur leader au sein de l'organisation africaine. Pour elle, ce n'est pas du ex-nihilo que le président Azali a acquis ce grade. « Le monde entier est témoin de la façon dont le président gère la covid-19 dans le pays. Certes que le nouveau variant a failli changer la donne quant à la gestion de la crise. Mais grâce à Dieu et à la volonté du gouvernement de réimposer les mesures de restriction et au courage de la population d'accepter le couvre-feu puis les autres mesures. Le président est élevé à ce rang », a soutenu Musbah Ahamada Ibrahim membre de la coordination.

 

Dans un contexte où la covid-19 met à genoux tous les pays du monde, cette nomination du président comorien n'est ni politique ni économique, mais sanitaire. Et d’ajouter que « Bien que le pays est moins avancé économiquement et ne dispose pas assez d'infrastructures sanitaires, malgré le nombre de décès lié au virus nouvellement enregistré, le pays compte parmi les pays africains qui déplorent peu des morts dans cette crise sanitaire ».

 

Interrogé sur le devenir des milliers d'enseignants devant travailler d'abord pour pouvoir se nourrir, le coordinateur de la CRC Bambao montre que dans une situation pareille, la primauté reste la santé et la vie. « Je ne me réjouis pas de leur inactivité mais il est question de nécessité vitale. Et franchement, le gouvernement gère cette crise sans que la population crie à la pénurie. Même si dernièrement, il y'a eu des problèmes pétroliers mais ils étaient d'ordre logistique et bien que l'électricité n'est pas encore stable dans certaines régions, mais le gouvernement assure dans cette crise sanitaire mondiale », avance-t-il.

 

Kamal Gamal

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)