La Gazette

des Comores

L’Ambassadeur de Tanzanie a fait ses adieux au gouverneur Fazul

L’Ambassadeur de Tanzanie a fait ses adieux au gouverneur Fazul © : HZK-LGDC

Silvester Mamumba, l’ambassadeur de la République Unie de la Tanzanie auprès de l'Union des Comores a effectué une visite de courtoisie à Mohéli. Une visite qui se résume à des adieux au gouverneur Mohamed Said Fazul.


Samedi dernier, l’ambassadeur tanzanien était accueilli au domicile du gouverneur de Mohéli Mohamed Said Fazul. Une occasion pour Silvester Mamumba de rappeler au gouverneur Fazul les projets de la Tanzanie aux Comores et en particulier à Moheli. Mamumba et sa délégation a eu droit à un accueil très chaleureux depuis l’aéroport de Bandar es Salam à la résidence  du gouverneur Fazul. Ce diplomate dit avoir eu, tout au long de son séjour au pays, des bonnes relations avec Fazul, c’est donc un devoir pour lui, de venir lui dire au revoir au terme de sa mission.

 « Je suis venu à Moheli pour rendre visite à mes confrères moheliens et formuler mes adieux par rapport à la mission qu'on m'a attribuée dans mon pays. Selon le code déontologique de notre diplomatie, vu que cette mission est à terme d'ici la semaine prochaine, je suis obligé de retourner dans mon pays », explique l'ambassadeur Silvester Mamumba. Et lui d’ajouter que « je souhaite une bonne continuation au gouverneur Fazul sur la politique déjà tracée par le président de la République ».

Les relations entre les Comores et la Tanzanie dans le cadre de la santé, le commerce mais aussi l'inspiration politique que la Tanzanie serve aujourd'hui dans le continent africain était au menu  de la discussion entre ces deux personnalités. « Nous en tant que comoriens, nous inspirons justement de cette stabilité politique en Tanzanie pendant des longues années. Donc nous espérons que ce modèle le soit également pour notre pays » indique le gouverneur Fazul.

Riwad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)