La Gazette

des Comores

Communes : L’association des maires à la recherche d’un siège digne de ce nom

  •  
  •   admin
Communes : L’association des maires à la recherche d’un siège digne de ce nom

Un local digne de ce nom reste le souhait le plus ardent de l’association des maires de l’Union des Comores qui sont au nombre de 54. Dans une Conférence de presse, le président par intérim annonce la tenue en novembre prochain, du 2ème congrès pour élire les nouveaux membres du bureau. Et cela après celui tenu à Anjouan en 2015.


L’association des maires de l’Union a tenue à Moroni, avant-hier, une conférence de presse, une semaine après leur rencontre avec le chef de l’Etat. L’objectif est, d’après son président, d’annoncer à la population, que ces maires vont poursuivre leur combat visant à assoir des bases juridiques solides pour toutes les communes du pays et pour que l’ensemble des maires exercent enfin leurs prérogatives.

« D’ici 5 mois, nous allons tenir le 2ème congrès », annonce Abdou Mohaîmine Abdallah qui rappelle que c’est le règlement intérieur qui fixe « un congrès tous les deux ans pour élire un nouveau bureau ». Il est à rappeler que le 1er a eu lieu à Anjouan, en 2015. Devant les journalistes, le président par intérim sollicite le soutien physique et financier du gouvernement comorien. « Nous voulons avoir un siège digne de ce nom pour l’association des maires des Comores. Tout le monde sait qu’il sera utile dans plusieurs domaines », ajoute Abdou Mohaîmine Abdallah.

Avant leur rencontre avec le chef de l’Etat, l’association avait eu différents entretiens avec plusieurs autorités notamment les trois vice-présidents, les ministres des finances et de l’intérieur. « Durant ces multiples rencontres, nous avons compris leur le souci de soutenir la politique du chef de l’Etat basée sur l’émergence du pays ». Ainsi, le président appelle les maires à s’unir afin que « nous gagnions notre combat commun », insiste-t-il, avant de se féliciter de la volonté du président Azali Assoumani de voir s’épanouir les communes. « Nous sommes rassurés qu’il est prêt à nous accompagner », conclut-il.

 

Ibnou M. Abdou

Commentaires (0)