La Gazette

des Comores

Assises nationales sur les 42 ans d’indépendance / Natuk Mouzaoire : « Oui pour les assises mais sur un débat contradictoire »

  •  
  •   admin
Assises nationales sur les 42 ans d’indépendance / Natuk Mouzaoire : « Oui pour les assises mais sur un débat contradictoire »

Le parti Ulezi soutient à son tour la tenue des assises pour tirer le bilan des 42 années d’indépendance. Mais ce dernier reste convaincu que la réussite sera assurée si tous les Comoriens acceptent de dépasser leurs intérêts particuliers au profit de l’intérêt supérieur de la nation.


Le président de la République vient d’annoncer que les assises nationales auront lieu entre Aout et Septembre. Le parti Ulezi dit soutenir les assises et ce, depuis la tenue des précédentes élections. Le premier secrétaire du parti reste persuadé que la tenue de ces assises reste une bonne occasion de tirer le bilan et préparer un meilleur avenir. « Le constat est amer vu la situation politico-socio-économique des Comores 42 ans après l’indépendance. Tirer le bilan de 42 ans d’échec politique, économique et social de cette nation n’est pas un exercice facile. Mais la réussite sera assurée si tous les Comoriens acceptent de dépasser leurs avantages particuliers au profit de l’intérêt supérieur de la nation », déclare Natuk Mohamed Mouzaoire, le premier secrétaire du parti Ulezi.

Dans cette optique, le parti Ulezi lance un appel solennel à toutes les formations politiques sans exclusion, à toutes les organisations de la société civile et à tous les mouvements syndicaux pour s’asseoir autour d’une même table afin de trouver une solution durable au décollage économique et social des Comores. « Nous soutenons la tenue des assises mais cela ne veut pas dire que nous donnons un chèque en blanc au président Azali Assoumani. Nous restons vigilants », poursuit-il.

Le premier secrétaire national du parti Ulezi montre qu’à l’heure actuelle, les conditions ne sont pas réunies pour aller vers ces assises. Il s’interroge sur le fond et la forme de cet évènement. « Il y a beaucoup de questions préalables qui n’ont pas encore trouvé des réponses. Il s’agit des points qui vont être discutés mais aussi sur les participants, dit-il. On veut des assises mais elles ne doivent pas être imposées par l’Etat. Elles doivent être le fruit d’un débat contradictoire sinon on risque d’avoir des effets secondaires comme le séparatisme ». Et lui d’ajouter que « nous devons faire les assises dans les normes qui se doivent ». Sur la préparation, le parti reste convaincu que tout le monde devrait prendre part sur le calendrier et les points qui vont être discutés.

 

Mohamed Youssouf



 

 

Commentaires (0)