La Gazette

des Comores

Opinion / Reconstruire une Nation comorienne est un devoir qui s'impose à tout responsable politique

  •  
  •   admin
Opinion / Reconstruire une Nation comorienne est un devoir qui s'impose à tout responsable politique

L'anniversaire du débarquement des forces mixtes de l'Union africaine et de l'Etat comorien ne doit pas être le prétexte pour se contenter la situation politique actuelle. La Nation comorienne doit prendre le dessus pour montrer que l'Union des Comores n'est pas une machine lointaine et théorique.


Rétablir la confiance du peuple envers ses dirigeants implique des efforts intenses, permanents et transparents en matière de justice sociale, de réalisations concrètes sur l'ensemble du territoire national que ce soit au niveau de l'électricité, des routes, de mise aux normes les hôpitaux publics ou des écoles et facultés de la République. 

Il aurait fallu lancer un plan Marshall pour relancer l'économie des zones sinistrées par le séparatisme. Il aurait fallu lancer également un programme national de déconcentration des services centraux dans les coordination de l'Union dans les exécutifs insulaires afin de faciliter la vie des citoyens au niveau administratif et en matière de rapprochement des administrations centrales au plus près des citoyens. 

Ce qui a été depuis est loin de suffire. Aussi, en ce qui me concerne, reconstruire la nation comorienne est primordial. Cela passe par un plan ambitieux d'investissement en matière d’infrastructures routières, hospitalières et touristiques, de rétablissement de la continuité de l'Etat sur le territoire national avec une déconcentration des services publics et l'avènement d'un service public numérique.

Comme chacun d'entre vous, je souhaite le meilleur à notre pays. Et pour réussir à le faire progresser en améliorant le niveau de vie de la population, il convient non seulement de renforcer la notion de nation comorienne à travers des actions concrètes de la part de l'Union des Comores mais également par l'engagement de réformes structurelles intelligentes en matière de transparence budgétaire, de mobilisation des ressources financières internes, de réhabilitation de l'exemplarité de la justice et de respect de la loi de la République à travers le respect des règles de passation des marchés publics et la mise en œuvre d'une gouvernance publique exemplaire.

Il est essentiel de rattraper le temps perdu car le séparatisme ne disparaîtra réellement qu'avec le renforcement de la Nation comorienne et de l'Unité nationale à travers une exigence en matière de culture de résultats, de transparence et de justice sociale.

La promotion de la production nationale à travers un programme ambitieux de « Fabriqué aux Comores » (Made in Comoris) et une politique incitative du «consommer » constitue des actions de travail pour permettre la création de nouvelles industries, de nouveaux emplois et de nouvelles richesses. Ce qui implique un projet ambitieux de développement de la formation professionnelle et de formation continue afin de permettre l'acquisition de nouvelles compétences ou l'adaptation aux nouveaux besoins en termes d'employabilité.

Cela implique une étroite coopération avec le secteur privé et une réforme intelligente de l'Université des Comores qui doit professionnaliser davantage ses formations. Le développement de pôles de lycées techniques et professionnels doit venir compléter cette nouvelle stratégie économique afin que l'efficacité de l'Action publique soit crédible et porteuse d'espérance pour des milliers de jeunes et de moins jeunes au chômage. Tout est question de volonté politique, de détermination et de patriotisme. 

 

Darchari MIKIDACHE, Président du think-tank « Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC)

 

Commentaires (0)