La Gazette

des Comores

Habari za udunga: La faute aux autres

Habari za udunga:  La faute aux autres © : HZK-LGDC

Dans les iles de la lune, nous avons l’habitude de la palabre (Discussion interminable et oiseuse), accentuée aujourd’hui par les réseaux sociaux et de ce fait, nous abordons tous les aspects des problèmes que nous rencontrons mais comme à l’accoutumée les solutions que nous proposons, nous sommes les derniers à vouloir les appliquer et pour cause !


Aussi, à chaque fois que vous avez l’occasion de discuter, en réalité d’écouter, l’un de nombreux dirigeants du microcosme sous les cocotiers, ou de lire les commentaires des procureurs qui pullulent dans les réseaux sociaux, on est subjugué par la solidité de leurs argumentations et par la finesse de leurs raisonnements. Pour eux, il suffirait de faire ceci pour arriver à cela et ainsi de suite. Alors on peut se demander pourquoi les îles de la lune font toujours à chaque fois, un pas en avant et deux pas en arrière, toujours à contre-courant de l’histoire qui se fait.

 

On peut toujours épiloguer à longueur d’articles sur le pourquoi et le comment d’une telle situation, consulter des tonnes de rapports sur le développement humain durable, l’on se heurtera toujours à une absence de logique dans les démarches de nos grands leaders sous les cocotiers.

 

Certains analystes vont jusqu’à se demander, si on peut raisonnablement, avoir des grandes idées dans des si petites îles. Dans tous les cas, cela mérite réflexion, quand cela fait maintenant plus de quarante ans que nous sommes censés avoir largué les amarres avec la puissance tutrice alors que nous n’étions jamais réellement allé loin. C’est en fait, notre bateau qui prend eau de toutes parts à chaque régime qui passe et nous passons la majeure partie de notre temps à colmater les brèches.

 

Et comme nous avons tendance à rejeter la faute aux autres, l’idée ne nous affleurera point de faire notre mea-culpa et se dire que vouloir croire qu’on a toujours raison, ne nous permet pas de reconnaitre nos erreurs.

 

Sous nos cocotiers, les jours passent et même s’ils ne se ressemblent pas, on a l’impression que tout est figé alors que tout au contraire, sous leurs aspects tranquilles, grouille toute une vie pleine de rebondissements. Et quand un beau jour, quelque chose nous tombe sur la tête, nous croyons avoir découvert quelque chose qui ne fonctionne pas bien sous les cocotiers.

 

Le pouvoir de l’honneur ou l’honneur du pouvoir, c’est selon, doit être placé dans un contexte qui tient compte de la géopolitique régionale et internationale où certains réseaux affairistes extérieurs s’activent comme des larrons en foire, malgré la nouvelle donne internationale qui met l’accent sur la lutte essentiellement contre le terrorisme, la drogue et la corruption. Trois fléaux qui font des ravages partout sur la planète.

 

Mais  comme le chante si bien Boul des îles, «Yeka wu himisa ndrongo kozo hamba kweli, ke tso tsogeza wowasaya wakiri », (il ne suffit pas d’avoir raison ou d’être dans son droit, pour que les autres vous croient).

 

Mmagaza

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)