La Gazette

des Comores

Célébration de l’Aid El-kabir / Les contrevenants écopent de 12 mois d’emprisonnement

  •  
  •   admin
Célébration de l’Aid El-kabir / Les contrevenants écopent de 12 mois d’emprisonnement

Le tribunal de première instance de Moroni a rendu samedi dernier son verdict dans l’affaire des personnes reconnues coupables d’avoir désobéi à la fatwa du Muftorat fixant la célébration de l’Aid Ekabir le samedi 2 septembre dernier.


Sur 28 prévenus, 5 sont relâchés, un a été condamné à 6 mois d’emprisonnement dont un mois ferme avec une amande de 100.000 Fc, un autre 5 mois de prison et les 24 autres ont chacun écopé d’une peine de 12 mois d’emprisonnement dont 2 mois fermes, assortie d’une amande 250.000 fc. Les avocats vont faire appel, estimant que leurs clients se sont conformés au décret du 23 novembre 2009, signé par l'ancien président de la république Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, et qui n’a jamais été abrogé.

Ce fut un moment très attendu. Samedi 9 septembre dernier, le palais de la justice de Moroni était comble, un public venu nombreux écouter le verdit réservé aux 28 personnes poursuivies pour avoir célébré la fête de l'Aid Elkabir le vendredi 1er septembre, alors que la haute autorité religieuse avait fixé la grande prière pour le lendemain 2 septembre. La sentence est donc tombée, sur les onze villages de Ngazidja où ont été appréhendés les contrevenants (au lieu des 15 localités citées par la presse), le procureur de la République, Hamidou Ali Mohamed, donne une liste de 28 prévenus dont 5 relâchés.

Ils avaient été placés en mandat de dépôt depuis vendredi 1er septembre. Le procureur parle d'une personne condamnée à 5 mois sans amande, et une autre qui écope de 6 mois d’emprisonnement dont 1 mois ferme, avec une amande de 100.000 fc. Quant au reste, ils ont écopé chacun d’une peine de 12 mois d’emprisonnement, dont 2 mois ferme, et une amande de 250.000 fc. « Ces derniers sont des imams, des prêcheurs ou des ulémas qui savent ce qu'ils font. Ils se permettent de désobéir à la décision du muftorat ainsi que le chef de l'Etat », explique Hamidou Ali Mohamed, qui annonce que l'affaire n'est pas finie puisque la gendarmerie est à la recherche d’autres contrevenants.

La liste concerne 15 localités de Ngazidja, parmi lesquelles Chomoni, Foumbuni, Bweni-ya-Washili, Songomani, Itsinkudi, Mwembwabwani, Dimadju-ya-Itsandra et Ivembeni. D’autres villes comme Ouzioini, Ifundihe, Hadjambu, Djoumoichongo et Oungoni dans le Mbadjini figurent sur la liste des «suspects», mais il n’y a pas eu d’arrestation. A Itsinkoudi, on compte 11 arrestations alors que dans les autres localités on n’en compte que trois. Me Said Issa, un des avocats de la défense estime que le verdit « n’est pas juste » et « nous allons faire appel », dit-il devant la presse à la sortie de l’audience.

Ces prévenus ainsi que les avocats se basent sur le décret du 23 novembre 2009, qui a fixé  la célébration de l’Aïd el Kabir au lendemain du rituel du Mont Anrafat. Selon eux (et ce décret est toujours en vigueur), on devait fêter le vendredi. Très en phase, ils ont ensuite fait référence au verset coranique qui stipule : « Ô croyants ! Obéissez à Allah, obéissez au prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. (…) ».

Le procureur de la République, a d’abord soulevé le problème du « recyclage » des chefs religieux avant de mentionner la loi n°08-041/AU du 27 juin 2008 instaurant les pratiques religieuses en Union des Comores. Pour le magistrat « seules les autorités pouvaient décider pour tout ce qui concerne la religion ». Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont évoqué  l’arrêt 13-003 de la Cour constitutionnelle en date du 07 mai 2013 qui a partiellement rejeté la loi sur les pratiques religieuses. Ils se sont par ailleurs basés sur les dispositions du décret du 23 novembre 2009. Ils s’étonnent des accusations à l’endroit de leurs clients alors que ceux-ci n’ont fait que se conformer audit décret.

 

Ibnou M. Abdou

 

Commentaires (1)

  1. adil:
    11/09/2017 à 08:15 PM

    je porte un dementi que la localite d'Ifoundihe chamboini n'ont pas la priere de l'ide le vendredi comme sa circule ici et la

    Répondre