La Gazette

des Comores

Protocole d’accord entre le bureau central d’Interpol et la Douane / Les douaniers auront accès aux données criminelles d’Interpol

  •  
  •   admin
Protocole d’accord entre le bureau central d’Interpol et la Douane / Les douaniers auront accès aux données criminelles d’Interpol

Pour mieux renforcer la lutte contre les trafics et criminalités transnationaux, Abdelkader Mahamoud, directeur général de la police nationale et Kamaldine Soeuf, directeur général des douanes ont signé un protocole d’accord ce mardi. Cette convention permet aux agents des douanes d’accéder à la base de données criminelles de la police internationale, le « I-24/7 ».


Les agents de la Douane auront désormais accès aux informations d’Interpol via l’outil « I-24/7 » disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Une convention a été signée hier entre la direction nationale de la sureté nationale représentante d’Interpol – la police internationale - à Moroni et la direction générale des Douanes Comoriennes.

Kamaldine Soeuf, directeur général des Douanes a souligné l’importance de mutualiser les forces pour « lutter contre les trafics et les crimes de toutes sortes » qui menacent le pays. « Aujourd’hui nous sommes confrontés aux trafics de voitures volées, au trafic d’êtres humains, au trafic d’armes, au trafic de drogue et de médicaments », a-t-il dit insistant sur le fait que les agents de la Douane qui opèrent dans les frontières ont un rôle à jouer dans ces combats.

Selon le DG de la Douane, la police nationale via son bureau central à Moroni a accès à des outils et des informations lui permettant de lutter contre ces crimes et les trafics transnationaux. « Avec l’appui des douaniers, la lutte sera encore plus « efficace », a-t-il laissé entendre.

Le directeur général de la Police, Abdelkader Mahamoud, a rappelé que cette convention n’est pas uniquement le fruit de la volonté des deux institutions nationales. Selon lui, l’organisation mondiale des Douanes et Interpol ont déjà signé un protocole de coopération qui assure les échanges d’informations et la consultation mutuelle pour lutter contre la criminalité transnationale.

Afin de permettre aux polices des pays membres d’Interpol d’accéder instantanément aux données criminelles, l’organisation a mis en place le système I-24/7. Cet outil relie l’ensemble des polices via un système de communication sécurisée depuis 2003. La police internationale n’a pas limité l’accès aux membres de ses bureaux centraux nationaux. D’autres institutions notamment les douaniers chargés des contrôles aux frontières dans les aéroports et ports et les fonctionnaires chargés de l’application de la loi, peuvent avoir accès à ces bases de données.

 

A.A.Hamdi

 

 

 

Commentaires (0)