La Gazette

des Comores

Moderniser le secteur financier, une priorité du gouvernement

Moderniser le secteur financier, une priorité du gouvernement © : HZK-LGDC

Dans le cadre du projet d'appui au développement du secteur financier (PADSF) du gouvernement comorien, porté par la banque centrale sous financement de la Banque mondiale, toutes les sociétés d’État et administrations publiques à Mohéli étaient invitées ce mercredi à l’auberge les Abous. L’objectif est de faire connaitre le PADSF afin de commencer à penser à la modernisation du système de paiement et à une réelle inclusion financière.


Le PADSF est un projet qui vise à accroître l’accès et l’utilisation des services financiers bancaires auprès de la population. Il a comme objectif l’inclusion financière. Il s’agit  d’accroître l’efficacité des prestations de services financiers au profit des ménages et aux petites et moyennes entreprises. Mais aussi de soutenir un développement et une modernisation du secteur financier afin de réduire la pauvreté en favorisant l’accès aux services financiers de base.

Un travail de longue haleine qui demande tout d’abord, selon les experts, une forte campagne d’éducation financière pour les populations n’ayant pas accès aux services financiers de base. Ceci parce que, selon les enquêtes réalisées, c’est seulement 22% de la population comorienne qui fréquente les banques. Il reste donc 78% à conquérir. Cette éducation doit concerner également, selon les participants à cette réunion, les institutions financières et les banques car certaines d’entre elles exagèrent sur certains couts susceptibles de faire fuir la clientèle.

Le gouverneur de la Banque centrale des Comores, Inoussa Ben Imane, accompagné de sa vice gouverneur Faouzia Ali Radjab chargée de liaison entre la banque mondiale et la BCC ainsi que la coordinatrice du PADSF avaient réuni tous les directeurs régionaux des institutions publiques, sociétés d’État au niveau de l’île et certaines organisations non gouvernementales afin de les informer de ce projet de modernisation du secteur financier. Les banques et institutions financières étant déjà invitées précédemment pour les mêmes objectifs.

Le développement et l’utilisation des paiements numériques, réduction des délais des transactions interbancaires et l’amélioration de la centrale des risques et incidents de payement sont les principaux résultats attendus de ce projet ambitieux pour lequel la sensibilisation à elle seule va durer deux à trois ans selon la coordinatrice.

Riwad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)