La Gazette

des Comores

Les organisations patronales craignent un scrutin mal-en-point

Les organisations patronales craignent un scrutin mal-en-point © : HZK-LGDC

Dans une conférence de presse, la Nouvelle Opaco et le Synaco contestent la manière dont Ahmed Bazi prépare les prochaines élections consulaires de l’UCCIA. A cette occasion le vice-président de la Nouvelle OPACO, Hamidou Mhoma exhorte le président par intérim de l’UCCIA de sursoir sur ses décisions pour que les élections soient intègres et transparentes.


Ils n’attendent pas la tenue des élections pour crier un scrutin erroné. Les membres des organisations patronales rejettent d’emblée la manière dont Ahmed Bazi prépare les élections consulaires. Devant la presse, Hamidou Mhoma patron de Graphica ne va pas par quatre chemins. « En aucun moment, on ne peut accepter sa façon de faire. Car cette façon ne nous rassure pas que les élections seront transparentes, intègres et qu’elles pourraient remplir les conditions de transparence que nous souhaitons. On demande au président Bazi de sursoir sur ses décisions », martèle-t-il.

Lors de ces élections, le président Ahmed Bazi est censé se concerter avec les organisations professionnelles sur les préparatifs des prochaines élections pour permettre un bon déroulement du processus. Ce qui n’est pas le cas. « Déjà un comité chargé de la gestion des élections est mis en place, le président par intérim a déjà convoqué le collège électoral. Et nous pensons que ces actes devront être posés en collaboration avec les organisations patronales. Et on n’est pas du tout impliqué », conteste le conférencier.

Et puisque les organisations professionnelles se trouvent écartés des préparatifs du scrutin, les membres du secteur privé ne sont pas loin de soupçonner des opérations frauduleuses.  « L’arrêté émanant du ministère de tutelle, leur a donné l’obligation de gérer l’UCCIA pendant cette période de 45 jours mais nous sommes surpris de constater que de telles décisions sont prises en dehors du champ de cet intérim, comme la décision de changer le personnel de cette institution et la prise de certaines décisions sans aucune concertation », regrette Hamidou Mhoma.

Le vice-président de la Nouvelle Opaco appelle aux responsables de ces institutions de privilégier la concertation et le dialogue avec les organisations concernées. « Sans le dialogue, on ne peut pas cautionner des élections dont l’issue est incertaine. Et nul n’ignore combien la tenue de ce scrutin est très important pour le développement du pays », précise-t-il, tout en rappelant que les organisations patronales vont débuter leur campagne ce mercredi 21 octobre. Pour rappel, dans ces élections consulaires, la Nouvelle Opaco sera représentée par Chamssoudine Ahmed des établissements NASSIB et le SYNACO Ali Idjihad.

Kamal Gamal

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)