La Gazette

des Comores

Les Comores ont encore 3 ans pour s’acquitter de leurs dettes

Les Comores ont encore 3 ans pour s’acquitter de leurs dettes © : HZK-LGDC

Le ministre des finances et l'ambassadrice de France auprès de l'Union des Comores ont procédé à une signature pour la mise en œuvre du protocole de suspension du service des dettes (ISSD) du pays auprès de ses créanciers tels que le Club de Paris et le G20. Cet accord, a expliqué l'argentier du pays Saïd Ali Saïd Chayhane, va permettre au pays de disposer d'une marge budgétaire auprès de ses créanciers. Le ministre a particulièrement prié l'ambassadrice de France de plaider pour les Comores auprès des autorités françaises quant à l'annulation des dettes qui pèsent encore sur l'économie du pays.


Comme bon nombre de pays sous-développés, les Comores s’endettent pour la construction d’infrastructures. Mais la crise sanitaire actuelle a engendré depuis avril dernier d'autres crises financières et économiques à l'échelle planétaire. C'est pour cette raison que le G20 s'est réuni en mai 2020 pour réfléchir sur le cas des pays vulnérables et leurs dettes. C'est ainsi que l'Initiative de suspendre le service de la dette (ISSD) a été créée dans le but de prolonger le délai de remboursement des pays vulnérables dont les Comores, jugées éligibles par la France, un des principaux bailleurs du pays et non moins une des grandes économies mondiales. C'est le 30 décembre dernier que le protocole de mise en œuvre de l'ISSD a été signé entre le ministre des finances, Saïd Ali Saïd Chayhane et l'ambassadrice de France auprès des Comores Jacqueline Bassa-Mazzoni.

 

« Avec la mise en œuvre de cette signature bilatérale, les Comores vont avoir un délai de 3 ans pour s'acquitter de [leurs] dettes. Cette action de suspendre le service des dettes en faveur de l'Union des Comores a été approuvée le 15 juin dernier », annonce l’ambassadrice. Face à une crise sanitaire, économique et financière, elle appelle au monde entier de garder espoir de voir cette maladie disparaître. « De cette dure épreuve nous sortirons plus grandis, plus forts, plus motivés et encore plus solidaires afin de pouvoir remplir le vide qu'aura laissé la maladie », poursuit-elle.

 

De son côté, le ministre des finances a salué l’initiative du Club de Paris d'avoir reconnu l’Union des Comores comme éligible à la suspension du service de ses dettes « Je remercie la France d'avoir été le premier pays du G20 à avoir soutenu cette initiative en faveur des Comores. Et de rappeler que le président Macron a déclaré devant les membres du G20 l'annulation des dettes en question. C'est dans ce cadre que je demande à l'Ambassadrice de France d'être l'interlocuteur du gouvernement comorien auprès des autorités compétentes françaises pour annuler les dettes qui pèsent sérieusement sur nos finances », dit-il avant de montrer que « grâce à cette marge budgétaire, l'argent qui devait être mobilisé pour rembourser nos dettes sera ainsi destiné à d'autres préoccupations comme faciliter la santé de la population en cette période de Covid-19. Et d'autant plus que toute dette à un terme fixe, et dire que nous bénéficions d'une marge importante pour cela, nous ne pouvons que saluer une telle initiative. Cela témoigne d'une bonne coopération bilatérale entre la France et l'Union des Comores », conclut-il.

 

Kamal Gamal

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (1)

  1. Hadjira Abdoulkarim:
    06/01/2021 à 01:05 PM

    Mes condoléances aux victimes du 31 décembre