La Gazette

des Comores

Economie et finance / Un consultant comorien de finance islamique dans nos murs

  •  
  •   admin
Economie et finance / Un consultant comorien de finance islamique dans nos murs

La finance islamique a le vent en poupe surtout depuis la crise financière qui a frappé de plein fouet l'économie mondiale. Étonnement, le sujet n'est pas d'actualité aux Comores, bien que les pays voisins l'aient déjà adopté. L'économiste Dr Mohamed Nour nous donne un avant goût de sa conférence de presse sur ce sujet.


Pendant que les occidentaux tentent de se réfugier dans la finance islamique après la crise des subprimes qui a mis le monde économique en émoi en 2005 et 2006. Elle a commencé, après une longue période d’augmentation constante des prix des logements, avec l’éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis en 2004. De nombreuses familles ont été autorisées à contracter des emprunts pour acheter leur logement.

Après cette crise des pays comme la France, l’Angleterre ont finalement consenti d'ouvrir les portes de leurs universités à ce modèle de finance jusque là ignoré par le monde occidental. « Les économistes occidentaux ont trouvé que le système financier islamique donne des solutions non seulement sur la crise financière mondiale mais aussi dans d'autres domaines aussi sensibles », a indiqué Dr Mohamed Nour, consultant en finance islamique à la Banque Kuwaït finance house, actuellement en visite dans le pays.

C'est ce qui a conduit d'après-lui certains pays qui étaient jusque là réticents à la finance islamique à se montrer plus ouverts dans ce domaine. « Maintenant certains pays africains même des voisins on adopté la finance islamique », a-t-il fait savoir.

La force de la finance islamique, croit-il savoir, repose sur l’économie réelle loin du virtuel, luttant contre l'inflation et la spéculation. A noter que cet entretien qu'il accordé à La Gazette / Hzk-presse n'est qu'un avant goût de la conférence qu'il organisera ce dimanche à Seléani dans la région de Hamahamet son village natal.

 

Maoulida Mbaé

       

Commentaires (0)