La Gazette

des Comores

Chambre de commerce: Le feuilleton électoral à Mohéli n’est pas fini

Chambre de commerce: Le feuilleton électoral à Mohéli n’est pas fini © : HZK-LGDC

Après la disqualification du candidat Abdoul-Oihab Said Attoumane à cause de son statut de fonctionnaire, un mouvement de protestation s’est spontanément créé, le gouverneur a suspendu temporairement les activités de la chambre, le superviseur des élections à été interpellé par la gendarmerie mais la commission électorale nationale consulaire poursuit le processus électoral.


Quelques  heures seulement après sa disqualification, Abdoul-Oihab Said Attoumane monte au créneau. « Je vais prouver que c'est un faux prétexte pour me disqualifier puisque je ne suis pas fonctionnaire et cette question a été déjà résolue lors de la validation de ma candidature et en loi on dit "no bis in idem" » se targue le candidat déchu devant la presse.

Et aussitôt après la proclamation des résultats officiels, un mouvement des protestataires s’est spontanément constitué devant la chambre de commerce, le bâtiment a été depuis quadrillé par des hommes en uniforme. Pourtant la commission électorale consulaire va porter plainte, selon leur président Hamada Hamidou, auprès du tribunal de première instance de Fomboni pour faux et usage de faux, complication, dénonciation et trouble au bon déroulement des élections. Abdoul-Oihab aurait falsifié sa fiche signalétique en complicité avec le directeur régional de la fonction publique de Mohéli, selon le juge Hamada, pour prouver sa thèse.

Un arrêté du gouverneur de Mohéli, Mohamed Said Fazul, a atterri vendredi dernier suspendant temporairement les activités de la chambre de commerce dans l’île pour des irrégularités, sur la proclamation des résultats. Une décision qui a été tout de suite qualifiée de non événement par le président de la commission électorale Hamada Hamidou lorsque nous l’avons joint par téléphone. « La loi 95 ne l'autorise pas à prendre une telle décision » préciset-il. Et lui d’ajouter que le processus électoral continue.

Houmed Msaidié le Ministre de tutelle se contente de rassurer l’opinion : « je suis sûr que le gouverneur, vieux routier de la politique et grand connaisseur des arcanes juridiques, sait qu’il n'a pas aucun pouvoir  sur les élections consulaires », dit-il.

Et dans la foulée Bakari Mzé Toibibou, le superviseur des élections de la chambre de commerce d'industrie et d'artisanat à Mohéli a été interpellé ce même vendredi par la gendarmerie. Joint au téléphone, il dit qu'on l’accuse de troubles à l'ordre public dans l'île. On lui a demandé des PV du déroulement des élections et on lui a pris une déclaration avant d'être relâché. Bakari Mzé confirme que ces élections se sont déroulées dans les meilleures conditions sans aucun incident. « Le reste ce n’est pas de mon ressort » précise-t-il très déçu de la manière dont le dossier est traité dans l'île de Djumbé Fatma.

Riwad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)