La Gazette

des Comores

Formation des journalistes culturels / Vers une nouvelle dynamique de la culture dans la sous région

  •  
  •   admin
Formation des journalistes culturels / Vers une nouvelle dynamique de la culture dans la sous région

Africultures avec le soutien financier de l’Organisation Internationale de la Francophonie avait organisé une formation des journalistes culturels sur la critique face aux enjeux culturels du 19 au 25 juin. Après cinq jours d’intenses activités, l’ensemble des journalistes a apprécié la formation et compte créer une nouvelle dynamique pour la sous-région.


Du 19 au 25 juin, Africultures a organisé un atelier régional de formation de journalistes culturels sur la critique face aux enjeux culturels à Antananarivo. L’atelier a comme objectif d’améliorer le niveau d’information et de compréhension des journalistes sur les enjeux culturels (interactions entre culture et développement, diversité culturelle, mondialisation culturelle, poids des industries culturelles dans le monde et leur importance comme vecteurs d’influence et de rayonnement international, etc.) et transmettre des outils d’analyse critique d’œuvres culturelles de manière à renforcer leur travail de médiation auprès des publics.

La rencontre a réuni des journalistes des Comores, de La Réunion, de Maurice, de Madagascar et de Djibouti. A la fin de la formation, les journalistes ont tous apprécié la formation dispensée par Soeuf Elbadawi, journaliste et formateur, Mois Gomis, correspondant RFI et France 24 et Vohirana Barnoud, la présidente d’Africultures. « Cette rencontre a permis de nous perfectionner et d’acquérir de nouvelles connaissances au-delà du factuel qu’on fait au quotidien », Andry Patrick Rakotondrazaka, journaliste culturel à L’express de Madgasacar.

La formation a permis aussi aux différents journalistes de connaitre la réalité des choses sur la culture de la sous-région. Après avoir fait la découverte du Maloya, les journalistes ont visité le patrimoine culturel d’Antananarivo mais aussi du récent cinéma comorien.

Après la formation, les formateurs comme les journalistes souhaitent mettre en place une nouvelle dynamique dans la sous-région. L’idée est de mettre en place un projet novateur dans la région. « Ce n’est pas tous les jours qu’on se trouve en face des journalistes de la région. Notre souhait est de faire sortir quelque chose de cette rencontre », souligne Soeuf Elbadawi, le formateur. A part la recommandation de l’OIF de faire ressortir quelque chose, les formateurs vont en faire autant aussi.  

 

Mohamed Youssouf

 

Commentaires (0)